Estéban vit en Équateur, il est le fils d’un gros producteur de Cacaoyers. Tandis que des voleurs sévissent dans les plantations pour voler des fèves et les revendre, Estéban va partir, à la demande de son père, en compagnie de son oncle à la rencontre d’une tribu qui possède des plants rarissimes de cacaoyers. Le parcours au sein de la forêt vierge amazonienne à la recherche de cette fameuse fève de cacao, sera semé d’embûches.

Ils devront pour cela se rendre au cœur du territoire des Indiens Shuars, autrefois appelés « Jivaros », les terribles réducteurs de tête. Estéban fera la connaissance de la jeune et jolie Selva, apprentie chamane.

Ensemble, ils devront déjouer les plans de la terrible voleuse de chocolat qui rêve de s'emparer du précieux cacao. En parallèle de leurs aventures, la sœur de la voleuse a décidé d’agir afin de stopper le trafic de sa sœur.

De l'aventure et du mystère au cœur de la forêt amazonienne : un beau voyage initiatique sur les traces de la fabrication du cacao.

J’ai bien aimé cette bande dessinée, je l’ai trouvée drôle avec notamment des allusions aux télénovelas dont l’Amérique latine est friande.

J’ai apprécié qu’à la lecture de cette BD les enfants apprennent sur la fabrication du chocolat, mais aussi sur la contrebande, les animaux protégés …

Certains personnages sont Hauts en couleur et cela rend le rythme très agréable.

Les dessins sont jolis et bien colorés. Les pages dédiées au parcours chamanique sont splendides.

C’est un album qui se lit rapidement -aussi vite que l’on mange une tablette de chocolat :-)

J’ai reçu cette BD grâce à l’abonnement « Bouquet d’histoire ». "Bouquet d'histoires" est une offre abonnement qui permet aux familles de recevoir des livres adaptés à l’âge de l’enfant à domicile. J’adore le concept et j’apprécie que le partenariat soit multi-éditeurs, cela permet une diversité éditoriale mais aussi graphique. Les enfants peuvent recevoir des BD, albums, romans  Chaque mois nous attendons avec impatience l’arrivée de notre nouveau livre : C’est toujours l’occasion, pour ma Frisouille et moi, d’échanger nos impressions.

 

Retour à l'accueil