Je vais commencer cet article par vous raconter comment j’ai fait connaissance avec ce jeu. En fait, c’est mon amour pour la Belgique (ça faisait longtemps que je ne vous en parlais pas LOL) qui m’a poussé à m’intéresser à différentes entreprises Belges qui sont souvent méconnues (à tort) en France.

C’est ainsi que j’ai contacté Azao Games éditeur de jeux de société Belge qui fabrique de petites séries, et spécialisé dans le prototype de jeux de société et que Nicolas m’a proposé de tester deux de leur jeux.

Aujourd’hui on zoome sur une de leur nouveauté, le chouette jeu de placement : Sheep Sheep.  

Il vous faudra attendre le mois prochain pour que je vous parle d’un autre jeu. J’aime faire durer le suspense !

Pour ceux qui ne le savent pas Sheep veut dire mouton en anglais. Dans ce jeu vous devenez berger et tentez de rassembler le plus possible de moutons d’une même famille, en tentant de les aligner.

Bien entendu, les moutons en font parfois qu’à leurs têtes et ne sont pas dociles. Sinon cela serait trop facile !

Le but est de marquer un max de points en alignant le plus possible de moutons d'une même couleur.

Ce jeu est conseillé à partir de 7 ans et peut se jouer de 2 à 4 joueurs. Il est composé de 70 cartes (double face) et d'un sablier.

En début de partie, chaque joueur reçoit au hasard une carte « mouton fétiche » qu'il gardera secrète jusqu’à la fin de la partie.

On distribue ensuite  4 cartes mouton à chaque joueur, qui les place devant lui.

On place ensuite de façon aléatoire 9 cartes «  mouton  » au centre de la table (3 x3) en évitant d’avoir plus de deux moutons d'une même couleur adjacents (les diagonales ne comptent pas).

Les cartes non utilisées forment la pioche.

À son tour, un joueur doit, sur la durée d'un sablier, mettre en position contigüe le plus possible de moutons d'une même couleur.

Il a le droit de faire autant d'échanges qu'il le souhaite entre ses quatre cartes de départ et les neufs cartes centrales en tenant compte du fait que :

  • les 2 faces de ses 4 cartes de départ peuvent être utilisées 
  • une carte échangée rejoint les cartes du joueur et peut être rejouée.

Pour réaliser un échange, le joueur doit remplacer une carte du jeu par une des siennes, en faisant en sorte que la face visible de la carte qu'il prend corresponde à la face cachée de la carte qu'il place, faisant ainsi apparaître un nouveau mouton.

Le joueur répète ce principe autant de fois qu'il le peut pour tenter d'aligner un maximum de moutons d'une même couleur.

 

Si le joueur arrive à placer au moins 3 moutons identiques dans des positions adjacentes, quand le sablier fini,  il remporte les cartes et les range soigneusement, sans les retourner, sous sa carte fétiche.

Il remplace les espaces laissés vides par de nouvelles cartes venues de la pioche, qu'il place dans le sens et la position de son choix.

C'est ensuite au joueur situé à sa gauche de jouer et ainsi de suite, jusqu'à épuisement de la pioche.

Le jeu prend fin lorsque la pioche est épuisée et qu'il n'est plus possible de placer 9 cartes au centre de la table.

Chaque joueur obtient alors :

  • 2 points par mouton collecté identique à sa carte « mouton fétiche ».
  • 1 point par mouton collecté d'une autre couleur.

Le joueur qui cumule le plus de points remporte la partie.

Frisouille était trop stressée par le sablier nous avons donc joué la variante sans sablier  où chaque joueur peut prendre son temps pour placer ses moutons.

On peut effectuer 3 échanges maximum pour aligner le plus possible de moutons d'une même couleur.  Après ces 3 échanges ou lorsque le joueur le décide, c'est au joueur suivant de jouer.

Autant dire que j’ai pris plusieurs roustes par ma Frisouille. Sur les premières parties j’ai gagné mais dès qu’elle a bien compris, j’ai ramassé.  Mon mari se moquait de moi, jusqu’à perdre 3 fois de suite. .. Frisouille est imbattable et je pense que dans peu de temps on pourra jouer avec le sablier.

Retour à l'accueil