Depuis plus de 10 ans je n’étais pas allée voir un film au ciné le jour de sa sortie. La sortie de Rock’N’Roll mettant en avant Marion Cotillard et Guillaume Canet m’avait poussé à réserver des places en espérant voir la comédie de l’année.

Je trouvais l’idée intéressante : entrer dans le quotidien des célébrités du cinéma où les comédiens jouent leur propre rôle. Une sorte de caricature du monde du show-biz où chacun court après sa jeunesse.

Guillaume Canet, 43 ans se sent has been, il cherche à combattre son image policé de gendre idéal pour revenir dans le coup et obtenir des rôles de jeunes. Crise de la quarantaine, crise d’égo, poussé par des rencontres qui lui donnent de plus en plus l’impression de ne plus être dans le coup, Guillaume va enchainer les bêtises.  Pour être Rock’N’Rol, il va boire, se droguer, s’énerver … Toute cette première partie du film est drôle et sympathique. Marion Cotillard est sublime par son naturel. On ri de leur quotidien plein d’habitudes, de l’autodérision de chacun face à ses penchants : Marion est obsédée par les accents, elle veut avoir son propre potager  et cherche des rôles compliqués. Guillaume est simple, passionné d’équitation et d’un naturel inquiet… Jusque-là tout va bien …

Sauf qu’au bout d’une heure, le film bascule complètement. Guillaume va de plus en plus loin et fini par devenir un autre dont tout le monde se moque alors que lui semble bien mieux dans ses pompes. Sans vouloir dévoiler le truc, on plonge dans la série B complètement grotesque et c’est vraiment super long…

La force de l’autodérision et la satire du monde du show-biz et des paparazzis n’auront pas suffi à me faire aimer ce film et ce malgré un casting hors pair. Le jeu des comédiens principaux et des seconds rôles comme  Yvan Attal, Gilles Lellouche, Johnny est irréprochable mais le film est décevant.

Ma Note : 2/5

 

image provenant du site allociné

Retour à l'accueil