J’ai lu ce livre sous les conseils de mon amie Nathalie. Elle aime les livres qui font du bien et moi aussi.

Julie, 20 ans, est caissière de supermarché et élève seule son fils Lulu. Au boulot, elle est harcelée par son supérieur et à la maison, elle pleure chaque soir quand elle voit qu’elle n’est pas capable de régler ses factures.

Un jour où les larmes coulent à sa caisse, elle fait connaissance avec un des clients du supermarché, Paul, la cinquantaine, fraîchement célibataire mais qui n’a aucune arrière-pensée.

Paul l’invite à venir passer quelques jours en Bretagne dans sa maison de famille en bord de mer. Au départ méfiante, Julie fini par accepter. Le voyage en voiture avec Jérôme le fils de Paul dont la femme s’est suicidée présage des jours compliqués.

Arrivés à destination, chacun prend peu à peu ses marques et s’apprivoise. Lulu découvre la mer, les sourires reviennent, chacun réapprend un peu à vivre au contact des autres.

Mais les vacances ont une fin et un accident terrible a lieu sur le chemin du retour.

En lisant la première partie du livre j’ai cru à un conte de fée à la pretty woman ou presque. Mais le drame surgit et on s’effondre nous aussi. Je regrette uniquement les dernières pages (mais c’est habituel chez moi, vous l’avez peut être remarqué)

Le livre est basé sur l’espoir d’un jour meilleur, le retour à l’essentiel, l’envie de vivre. Les personnages sont profondément attachants et les dialogues d'une rare vivacité.

Agnès Ledig a commencé à écrire après le décès d’un de ses trois enfants, atteint d’une leucémie, à l’âge de 5 ans. J’aime sa façon d’écrire franche et directe. Elle sait parler des histoires simples de la Vie. Ce roman était le premier que je lisais d’elle mais ce ne sera pas le dernier.

 

Ma note : 4/5

 

Retour à l'accueil