Chypre, l’été 1972. La ville de Famagouste héberge la station balnéaire la plus en vue de la Méditerranée où les chypriotes grecs et turcs vivent en harmonie. Les époux Papacosta ouvrent « Le Sunrise », leur second hôtel dont le luxe en devient presque gênant.

Une tentative de putsch grec fait tout basculer dans le chaos. Les turcs ripostent par une invasion. Quarante mille personnes fuient l’armée en marche. Les gouvernements sont aux abonnés absents. Chacun lutte pour sa vie et celle des siens.

La ville orpheline, c'est l'histoire du quotidien de deux familles voisines chypriotes (Georgiou et Ӧzkan)  qui  essayent tant bien que mal d'échapper aux bombardements qui ont envahi leur ville. À tour de rôle, on plonge dans l’intimité de chacune des familles, dans l’espoir que chacun met dans le fils ainé de la famille, dans ses craintes et mêmes ses rites.

Amour et trahison sont au cœur de ce livre. On s’attache très facilement aux personnages et on s’interroge sur Famagouste qui semble désormais être une ville fantôme depuis l’invasion Turque de 1974.

C’est le premier roman de Victoria Hislop que je lisais. Je n’avais, je crois, jamais entendu parler d’elle. J’étais passé complètement à côté du succès de L’île des oubliés. Mais à la lecture de nombreuses critiques dithyrambiques,  dans les magazines féminins, suite à la sortie en poche du roman, j’ai eu envie de le lire. J’aime les romans qui baignent dans un contexte historique.

Ma note 4/5 

 

Retour à l'accueil