Je vais peut-être passer pour la rabat-joie de service en écrivant cet article mais c’est plus fort que moi.

Je trouve que nos enfants sont trop gâtés à  Noël !

Vous êtes toujours là ? J’essuie les tomates qu’on m’a envoyées à la tronche …

Ah oui vous êtes toujours là …

Je ne dis pas cela par provocation mais parce que certains points me dépassent. J’ai récemment lu un article dans un journal et il semblerait que les enfants reçoivent en moyenne 8 cadeaux chacun à  Noël .

La liste au père  Noël , ressemble de plus en plus à un bon de commande !

Je parle en connaissance de cause, Nounouille a collé 24 articles sur sa feuille A4 dont 5 produits qu’elle a déjà (à quelques détails près).

Personnellement, je veille à faire avant tout des cadeaux surprise et je ne suis que très peu (voire pas) la liste. Je refuse d’acheter des choses qui me semblent pas adaptées ou même trop bruyantes ou encombrantes. Suis-je une mère indigne ?

Et puis, n’est-il pas important de laisser une petite part à la frustration ?

Je trouve même que parfois il y a comme une compet entre les parents pour en faire le plus possible.

Le 25 décembre, les enfants sont envahis de cadeaux… et parfois certains cadeaux seront déballés mais jamais testés. Dans l’euphorie, l’enfant passe d’un cadeau à l’autre et se disperse complètement.

À croire que ces cadeaux sont un dû et que l’enfant veut juste posséder.

Après la mère rabat-joie, je passe à la mère réac …

De mon temps, c’était mieux ! À  Noël , je recevais 2 ou 3 cadeaux et pas plus. Et clairement cela suffisait !

Avouons-le, les armoires débordent de jouets. On ne sait même plus où les caser et pourtant on entend régulièrement : « Je m’ennuie ».

Désormais on est envahis de sollicitations visuelles dès la rentrée de septembre, les catalogues jouets arrivent de plus en plus tôt, la grande distribution met en œuvre toute sa créativité promotionnelle pour nous faire acheter, encore et encore.

Peut-être aussi que le Noël de nos enfants nous plonge dans notre propre enfance et que si on a le sentiment d’avoir été privé et bien, on compense … 

On est tous d’accord pour dire que le nombre de cadeau ou la valeur des cadeaux n’est pas une unité de mesure de l’amour que l’on porte à quelqu’un (?)

Un autre truc me semble curieux, c’est la fameuse phrase : « si t’es pas sage, tu n’auras pas de cadeaux à Noël  ». Cette forme de chantage qui ne sert pas à grand-chose, d’autant plus qu’à mon avis peu s’y tiennent. En écrivant ce dernier paragraphe, je me demande si je n’ai pas moi-même utilisé cette phrase

Cet article n’a pas pour but de donner des conseils d’éducation mais juste de partager mes interrogations. Mes enfants seront tous de même (trop) gâtés à Noël ;-) 

 

Photo Ikea

Retour à l'accueil