Ce livre est actuellement dans la plupart des classements des meilleures ventes. Il fait partie des romans feel-good ou comment voir la vie de façon plus positive.

Ce roman commence bien, Camille rencontre Claude routinologue qui va lui montrer comme voir la vie d’un œil neuf à travers des exercices que l’on peut s’appliquer à soi-même.  J’ai trouvé le début du roman vraiment bien écrit. On est très vite absorbé.

On y aborde des thèmes majeurs comme la pensée positive, l’ouverture, la bienveillance ou encore le lâcher prise.

Sauf que dans le cas de Camille ça semble presque hyper facile. Le personnage qui est au début du roman sympathique et attachant, en devient presque pénible tellement il parvient aisément à changer sa façon de vivre et donc sa nature profonde. Camille passe de l’ultra-speed (like me) à l’adepte de la médiation en quelques semaine à peine.

Le rythme du livre est assez inégal, à partir de la moitié du romain j’ai trouvé que certains point y sont survolés, c’est le cas par exemple de la pleine conscience dont je vous avais parlé il y a quelques temps.

La lecture de ce roman, écrit par un coach en créativité et développement personnel, m’a rappelé certains romans de Laurent Gounelle où les gens apprennent à se contenter de ce qu’ils ont et se sentir, par la même occasion, bien (ou mieux).

Ce qui m’a gêné dans ce roman c’est le côté  guide didactique avec à la fin une sorte de lexique des bonnes pratiques. Certes la capacité au bonheur se travaille, mais là j’ai trouvé la rééducation un peu facile.

J’ai aimé, en revanche, les différentes citations qu’elles soient d’Aristote ou encore du Dalaï Lama dont je citerais : “Certains regardent la vase au fond de l’étang, et d’autres contemplent la fleur de lotus à la surface de l’eau. Il s’agit d’un choix.”

Ma note 3/5

 

#LIRE #LIVRE #DEVELOPPEMENTPERSONNEL 

Retour à l'accueil